La faillite personnelle: tout savoir sur le sujet

L’une des décisions les plus difficiles que vous puissiez prendre est celle de déposer ou non une demande de faillite. Pour les particuliers, il existe essentiellement deux types de faillite personnelle, à savoir le chapitre 7 et le chapitre 13. Conçu pour donner au requérant un nouveau départ dans la vie en effaçant certaines dettes, le chapitre 7 débarrasse le requérant de ses cartes de crédit et autres dettes non garanties. Le chapitre 13, quant à lui, est un plan de paiement approuvé par le tribunal dans lequel le demandeur doit rembourser un pourcentage prédéterminé de sa dette. La détermination du chapitre à utiliser sera basée sur le revenu disponible du demandeur, le cas échéant, après avoir payé ses factures mensuelles.

Les procédures de faillite personnelle

Conserver les biens en échange du remboursement d’une partie des dettes ou la vente des biens non exemptés

Lorsque de nombreuses personnes déposent une demande de faillite, elles pensent d’abord à leurs biens et à la possibilité de perdre leur maison. Dans le cadre d’un plan de remboursement du chapitre 13, la majorité des déposants sont autorisés à conserver leurs biens en échange du remboursement d’une partie de leurs dettes

Le chapitre 7, en revanche, est conçu comme un processus de liquidation qui aboutit souvent à la vente de biens non exemptés. Quels sont les biens non exemptés dans une procédure de faillite ? Chaque État a ses propres lois concernant le montant des biens qu’un individu ou un couple marié peut conserver sans craindre qu’ils soient liquidés.

Lisez aussi :  Comment devenir un coach digne de ce nom ?

Dépôt d’une requête auprès du tribunal local des faillites

La procédure officielle de faillite commence par le dépôt d’une requête auprès du tribunal local des faillites. Cette démarche peut être effectuée soit individuellement, également appelée « pro se », soit avec l’aide d’un avocat. Pour la plupart des gens, le recours à un avocat est le meilleur moyen de s’assurer que chaque formulaire est rempli avec précision et que leurs actifs sont protégés autant que possible. Après le dépôt d’une demande de mise en faillite, le tribunal désigne un syndic et fixe une date pour l’assemblée des créanciers. 

Bien que les créanciers du déposant soient invités à y assister, ils ne sont pas tenus de le faire. Le déposant, en revanche, est tenu d’y assister et sera interrogé par le syndic, sous serment, et la réunion sera enregistrée. Cette réunion est généralement la seule comparution exigée du déposant, sauf circonstances particulières.

Attendre la décision finale des créanciers

Après la réunion des créanciers, souvent appelée réunion 341, les créanciers disposent de 30 jours pour s’opposer aux exemptions de biens du déposant et de 30 jours supplémentaires pour s’opposer à la libération si le dépôt est une faillite du chapitre 7

Dans le cadre d’une procédure relevant du chapitre 13, les créanciers peuvent s’opposer au plan de paiement, mais la libération ne sera pas accordée tant que le plan de paiement ne sera pas achevé. Une faillite au titre du chapitre 13 peut durer jusqu’à 5 ans avant que les paiements ne soient terminés et qu’une décharge ne soit accordée. Après la libération, le dossier de faillite sera clos et la procédure sera terminée.

Lisez aussi :  Créer des revenus résiduels

Cet article doit être utilisé à des fins d’information uniquement. Il ne doit pas être utilisé comme un conseil juridique professionnel sur la faillite, ni le remplacer ou le compléter. Toute personne qui envisage de déposer une demande de faillite personnelle ou commerciale doit consulter un avocat agréé dans sa région pour obtenir des informations supplémentaires et/ou des conseils juridiques.

La Force de l'Art

Les rédacteurs de La Force de l'Art travaillent quotidiennement pour rédiger des articles de blog et d'actualité intéressants pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.