Qu’est-ce que la fumisterie ?

Apparue au Moyen-âge, le métier de fumisterie permet aujourd’hui à des milliers de personnes à travers le monde de se réchauffer sans mettre feu à leur maison. Moins célèbre que le ramonage, ce noble travailleur qu’est le fumiste assure à tous un environnement bien au chaud. Mais comme tout métier, la fumisterie nécessite un savoir-faire particulier et est en constante évolution depuis son apparition. Voici l’essentiel à savoir sur ce métier.

Qu’est-ce que la fumisterie ?

La fumisterie est une activité professionnelle qui consiste à installer, entretenir et rénover les conduits de cheminée dans une habitation particulière ou industrielle. Ainsi, est appelée fumiste professionnel toute personne évoluant dans ce secteur d’activité. Son principal rôle est de faciliter l’évacuation des fumées des feux de bois à l’intérieur d’un poêle, un insert ou une chaudière. En un mot, il facilite la sortie de la fumée par la cheminée sans que celle-ci ne s’encrasse dans les parois.

À noter que dans le milieu industriel, le fumiste est appelé un monteur en thermique industrielle. Là-bas, il a la responsabilité de construire, de démolir ou de réparer des fours industriels. Il peut aussi être appelé à mettre en place des cheminées d’usine qui sont différentes de celle des habitations particulières.

Le fumiste, un touche-à-tout

La fumisterie est un métier qui englobe de nombreux autres savoir-faire essentiels pour la réalisation des conduits d’évacuation. Afin d’effectuer correctement sa tâche, le fumiste doit avoir des aptitudes d’un :

  • maçon : pour la construction de la cloison ou du socle à béton ;
  • carreleur : dans le but de poser comme il se doit les carreaux de faïence de la poêle ;
  • étanchéiste : afin d’isoler la température de la cheminée ;
  • ramoneur.
Lisez aussi :  Trouver un entrepôt de stockage en Essonne

Toutes ces compétences sont indispensables à toute personne exerçant ce métier.

Quelques installations qui exigent l’intervention d’un fumiste

Le fumiste intervient rarement dans vos locaux sauf si vous disposez de certains appareils qui nécessitent sa venue. Ces dispositifs sont :

  • la poêle à bois bûche ;
  • une chaudière à gaz, à bois ou à fioul ;
  • la poêle et le foyer à gaz ;
  • un insert ou une cuisinière.

Si l’un de ces dispositifs fonctionne dans votre environnement, l’intervention d’un fumiste s’avère être nécessaire pour l’entretien permanent de ces installations.

Les normes de sécurité à respecter par le fumiste

Ce domaine d’activité est un secteur très bien encadré qui exige le respect de normes sécuritaires. Que ce soit pour le fumiste ou pour le client, l’association française de normalisation (AFNOR) a mis en place certaines dispositions qui doivent être respectées.

 Les règles d’installation

La norme NF DTU 24.1 encadre les différents travaux d’installation des conduits d’évacuation de fumée et des raccordements. Elle instruit également sur les divers travaux de fumisterie. La norme prévoit par exemple le nombre maximum de dévoiements sur le conduit de cheminée ou sur la traversée de planchers.

Les méthodes d’installation

La norme NF EN 12391-1 donne les diverses méthodologies à respecter lors de l’installation des cheminées métalliques. Que les parois des conduits soient rigides ou flexibles, toutes les méthodes à suivre se retrouvent dans ce document normatif. Aussi, cette norme détermine les mesures nécessaires pour l’entretien et le ramonage d’un conduit d’évacuation de fumée.

Les hauteurs à respecter

La norme EN 12391-1 définit les hauteurs maximales à ne pas dépasser pour des conduits de fumée construits à l’intérieur ou contre un bâtiment. Elle prévoit aussi les dimensions à respecter pour les cheminées qui doivent être supportées par un mât ou une structure différente d’un bâtiment. Le non-respect de cette norme peut conduire par exemple la fumée à s’encrasser dans le tubage de la cheminée.

La fumisterie : un métier à risque

Il est important que ce métier n’est pas sans inconvénient sur la santé. En effet, en raison de la manipulation des produits tels que la silice cristalline ou l’amiante, le fumiste est exposé à des maladies comme :

  • la silicose ;
  • le cancer du poumon ;
  • le mésothéliome.
Lisez aussi :  Comment changer le réservoir d'une cigarette électronique ?

Pour réduire ces risques de maladie dans le secteur, des moyens de protection sont mis à la disposition des professionnels du domaine. Ceux-ci reçoivent des gants, des vêtements appropriés et des masques à adduction d’air qui sont conseillés pour les espaces confinés.Qu’est-ce que la fumisterie ?

Apparue au Moyen-âge, le métier de fumisterie permet aujourd’hui à des milliers de personnes à travers le monde de se réchauffer sans mettre feu à leur maison. Moins célèbre que le ramonage, ce noble travailleur qu’est le fumiste assure à tous un environnement bien au chaud. Mais comme tout métier, la fumisterie nécessite un savoir-faire particulier et est en constante évolution depuis son apparition. Voici l’essentiel à savoir sur ce métier.

Qu’est-ce que la fumisterie ?

La fumisterie est une activité professionnelle qui consiste à installer, entretenir et rénover les conduits de cheminée dans une habitation particulière ou industrielle. Ainsi, est appelée fumiste professionnel toute personne évoluant dans ce secteur d’activité. Son principal rôle est de faciliter l’évacuation des fumées des feux de bois à l’intérieur d’un poêle, un insert ou une chaudière. En un mot, il facilite la sortie de la fumée par la cheminée sans que celle-ci ne s’encrasse dans les parois.

À noter que dans le milieu industriel, le fumiste est appelé un monteur en thermique industrielle. Là-bas, il a la responsabilité de construire, de démolir ou de réparer des fours industriels. Il peut aussi être appelé à mettre en place des cheminées d’usine qui sont différentes de celle des habitations particulières.

Le fumiste, un touche-à-tout

La fumisterie est un métier qui englobe de nombreux autres savoir-faire essentiels pour la réalisation des conduits d’évacuation. Afin d’effectuer correctement sa tâche, le fumiste doit avoir des aptitudes d’un :

  • maçon : pour la construction de la cloison ou du socle à béton ;
  • carreleur : dans le but de poser comme il se doit les carreaux de faïence de la poêle ;
  • étanchéiste : afin d’isoler la température de la cheminée ;
  • ramoneur.

Toutes ces compétences sont indispensables à toute personne exerçant ce métier.

Chmeinée

Quelques installations qui exigent l’intervention d’un fumiste

Le fumiste intervient rarement dans vos locaux sauf si vous disposez de certains appareils qui nécessitent sa venue. Ces dispositifs sont :

  • la poêle à bois bûche ;
  • une chaudière à gaz, à bois ou à fioul ;
  • la poêle et le foyer à gaz ;
  • un insert ou une cuisinière.
Lisez aussi :  Comment apprendre l'arabe pour un débutant ? Par où commencer ?

Si l’un de ces dispositifs fonctionne dans votre environnement, l’intervention d’un fumiste s’avère être nécessaire pour l’entretien permanent de ces installations.

Les normes de sécurité à respecter par le fumiste

Ce domaine d’activité est un secteur très bien encadré qui exige le respect de normes sécuritaires. Que ce soit pour le fumiste ou pour le client, l’association française de normalisation (AFNOR) a mis en place certaines dispositions qui doivent être respectées.

 Les règles d’installation

La norme NF DTU 24.1 encadre les différents travaux d’installation des conduits d’évacuation de fumée et des raccordements. Elle instruit également sur les divers travaux de fumisterie. La norme prévoit par exemple le nombre maximum de dévoiements sur le conduit de cheminée ou sur la traversée de planchers.

Les méthodes d’installation

La norme NF EN 12391-1 donne les diverses méthodologies à respecter lors de l’installation des cheminées métalliques. Que les parois des conduits soient rigides ou flexibles, toutes les méthodes à suivre se retrouvent dans ce document normatif. Aussi, cette norme détermine les mesures nécessaires pour l’entretien et le ramonage d’un conduit d’évacuation de fumée.

Les hauteurs à respecter

La norme EN 12391-1 définit les hauteurs maximales à ne pas dépasser pour des conduits de fumée construits à l’intérieur ou contre un bâtiment. Elle prévoit aussi les dimensions à respecter pour les cheminées qui doivent être supportées par un mât ou une structure différente d’un bâtiment. Le non-respect de cette norme peut conduire par exemple la fumée à s’encrasser dans le tubage de la cheminée.

La fumisterie : un métier à risque

Il est important que ce métier n’est pas sans inconvénient sur la santé. En effet, en raison de la manipulation des produits tels que la silice cristalline ou l’amiante, le fumiste est exposé à des maladies comme :

  • la silicose ;
  • le cancer du poumon ;
  • le mésothéliome.

Pour réduire ces risques de maladie dans le secteur, des moyens de protection sont mis à la disposition des professionnels du domaine. Ceux-ci reçoivent des gants, des vêtements appropriés et des masques à adduction d’air qui sont conseillés pour les espaces confinés.

La Force de l'Art

Les rédacteurs de La Force de l'Art travaillent quotidiennement pour rédiger des articles de blog et d'actualité intéressants pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.